Ouzbékistan, la Turquoise des steppes.

Au cœur de l’Asie centrale, entre steppes et déserts, l’Ouzbékistan renait de ses soixante dix années de soviétisation.
Un quart de siècle après l’implosion de ce vaste puzzle ethnique que l’on appelait URSS, la métamorphose de la République Ouzbèque est étonnante, stupéfiante.
Seules trois années de pérestroïka miséreuse marquent encore la mémoire des plus de quarante ans. Le rationnement était de rigueur, la culture du blé sous la garde des armées.
Depuis, l’essor économique de ce pays n’a cessé d’être l’objectif national. Son identité se forge peu à peu, sa démographie va galopante.

Ce reportage n’est pas un cours magistral ni d’histoire, ni d’économie. Notre parcours ouzbek traverse déserts et steppes pour rencontrer une population joyeuse, fidèle à ses traditions séculaires, respectueuse de ses différences, heureuse de vivre parmi d’élégants vestiges du passé concentrés sur les célèbres carrefours des mythiques Routes de la Soie : Boukhara, Khiva et Samarkand.

La laïcité du pays tolère la pratique religieuse à condition qu’elle ne soit pas ostentatoire. Ainsi l’appel du muézin n’a lieu que le vendredi pour la prière de la mi-journée, comme les cloches des églises catholiques du dimanche matin, chacun devant connaître les horaires des offices qui le concernent.
Vous découvrirez ici un Islam modéré, fraternel, semblable sur ce point à notre
culture judéo-chrétienne.

Nous avons côtoyé le monde passionné de l’artisanat, fouillé coutumes et traditions, rencontré de nombreux francophones, écouté leurs confidences, échangé nos sourires. Artistes ou Maîtres dans l’art de la broderie, du travail du bois, du cuivre, de la paille, de la céramique, tous revendiquent la noblesse de leur travail et cherchent à reproduire la finesse d’une civilisation ancienne, celle de la Perse pré-islamique lorsqu’elle regroupait les peuples de la Méditerranée à l’Inde, de l’Égypte au Pakistan
et à l’Afghanistan actuels.

L‘Ouzbékistan brille aujourd’hui de tous ses éclats, au propre comme au figuré.